Newsletter

×
Solutions de traitement des déchets à risques infectieux Linkedin

Tesalys offre à la Chine son expertise dans le traitement des déchets infectieux

Le coronavirus peut représenter une opportunité pour certaines entreprises. C’est le cas de la société française Tesalys qui vient d’exporter sa première machine à Pékin pour le traitement sur site des déchets médicaux à risques. Il enverra jusqu’à 50 machines au cours des six prochains mois.

L’épidémie de Covid-19 a récemment mis en évidence l’activité d’une petite entreprise basée dans la région de Toulouse (sud-ouest de la France) dont la technologie de décontamination des déchets infectieux présente un intérêt particulier pour la Chine où au moins 80000 personnes ont été diagnostiquées avec la maladie.

Créée en 2012 et employant 20 personnes, Tesalys fabrique des «déchiqueteurs-stérilisateurs» particulièrement adaptés à ce virus et à ses particules très volatiles. Ces machines mobiles «Steriplus» ressemblent à de «grands photocopieurs», a expliqué le fondateur Miquel Lozano. Ils permettent de traiter les déchets infectieux directement sur site, abordant la problématique du transport et les risques de propagation.

Destinées aux hôpitaux, centres médicaux, laboratoires d’analyses médicales et plus généralement à tout établissement produisant des déchets à risques infectieux, les machines peuvent déchiqueter et décontaminer tout type de déchets médicaux (seringues, éprouvettes, linge, etc.) en moins d’une heure. avec une capacité de traitement de 5 à 100 kilos par heure.

Comment ça marche? Les déchets peuvent être placés dans un sac ou une boîte en carton. Il est ensuite broyé et réduit en confettis avant d’être stérilisé à la vapeur sous pression à 135 ° C. Lozano a expliqué:

«Nous avons développé un pré-programme afin de mieux répondre aux spécificités du coronavirus: il procède désormais par un premier cycle de prétraitement des déchets à une température de 80 ° C. Une fois désinfectés, les déchets peuvent être placés dans des bacs conventionnels. »

Jusqu’à 50 machines seront envoyées en Chine

Ce n’est pas la première fois que Tesalys traite avec des pays d’Asie. L’entreprise exporte 95% de sa production hors de France et 50% en Asie dans des pays comme la Thaïlande, l’Indonésie et le Vietnam. Jusqu’à présent, le marché chinois était resté fermé jusqu’à ce que le pays décide d’entrer en contact avec Tesalys. L’entreprise française a récemment envoyé sa première machine à Pékin. De là, il sera ensuite envoyé dans la province de Wuhan. Lozano a déclaré:

«Après l’étape du processus de validation, Tesalys enverra jusqu’à 50 machines au cours des six prochains mois. Nous avons également été contactés par une dizaine d’hôpitaux français intéressés par le traitement des déchets sur site. »

Le Brésil et certains pays africains s’intéressent également à cette technologie. Tesalys n’est pas le seul constructeur au monde à proposer ce type de produit, mais c’est l’un des seuls à miser sur la miniaturisation alors que ses concurrents proposent des machines industrielles plus lourdes à manipuler, selon Lozano.

Cette nouvelle expansion vers le marché chinois représente une opportunité économique pour l’entreprise toulousaine qui fabrique principalement ses machines en France avec une certaine sous-traitance dans l’UE. Les commandes de machines chinoises pourraient représenter une augmentation de 30 à 50% du chiffre d’affaires de l’entreprise d’ici fin 2020 avec un potentiel d’embauche supplémentaire pour dix personnes. En 2020, Tesalys souhaite également se développer sur le marché américain.

Lire la suite : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/coronavirus-entreprise-tesalys-toulouse-prete-equiper-hopitaux-laboratoires-traiter-dechets-risque-1826534.html

Newsletter

Recevez régulièrement l’actualité de notre société ainsi que des informations sur les technologies de traitement des DASRI



Dernières actuatilés