Loading...
Newsletter

×
Solutions de traitement des déchets à risques infectieux Linkedin

La gestion des DASRI : quel « après » crise sanitaire ?

La gestion des déchets d’activité de soins en pleine pandémie du coronavirus est devenu une problématique centrale des établissements de soins.

Comment gérer les quantités ? Peut-on tout traiter ? Quels risques pour le personnel en première ligne ? C’est donc seulement au moment de la seconde vague que les directives se sont précisées, permettant ainsi le traitement des grandes quantités de déchets type DASRI.

Le COVID 19 a également éclipsé les nombreux autres agents pathogènes qui peuvent être transmis par le biais des déchets à risques infectieux, une omission qui a conduit à rappeler que des technologies existaient déjà pour gérer ce type de déchets beaucoup plus dangereux.

Cette augmentation titanesque du volume de déchets à risques infectieux durant la pandémie a révélé un besoin incontestable en solutions rapides, immédiates et efficaces sur une majeure partie des DASRI, mais également sur les nombreux désavantages des prestations externes.

« C’est au plus fort de la pandémie que de nombreux hôpitaux ont pris conscience des inconvénients qu’il y avait à s’en remettre à un prestataire de services externe. » s’exprime Miquel Lozano, Président de Tesalys, sur le sujet.

Les solutions sur site ont donc suscité un grand intérêt au moment où les établissements de santé ont vu leur production de DASRI exploser, l’occasion donc d’envisager une alternative qui puisse répondre à un nouveau défi majeur que représente la décontamination des déchets en grande quantité et en délais réduits.

L’après pandémie a également soulevé des problématiques sous-jacentes.
En effet, l’écologie a été mise à rude épreuve et la prise en compte de l’aspect durable devient de plus en plus un critère primaire dans le choix de ces nouvelles solutions. Tesalys permet aujourd’hui de répondre à ces nouvelles problématiques avec le traitement sur site de nos machines STERIPLUS™ et STERISHRED®.
Les déchets d’activités de soins à risques infectieux (DASRI) ont donc été au cœur du contexte sanitaire, permettant ainsi de préciser leur définition qui demeurait encore floue, mais surtout de savoir quels étaient les meilleurs moyens de les gérer et de la meilleure façon.

Consultez l’article : https://waste-management-world.com/a/health-care-waste-lessons-learned